BACK   ...the right site for fishing lovers

VER DE RIMINI - Eunice Aphroditois

Bobbit Worm "en" - Verme di Rimini "it" - Gusano de Fuego "es" - Φαραώ "gr"

Le roi de tous les appâts: cette ici est la place qui occupe au plein droit le ver de Rimini; une "pole position" bien méritée dans le "gril de départ", entre les meilleurs appâts utilisés dans la technique du surfcasting. Est un appât qui arrive a dépasser abondamment le mètre de longueur et une "largeur" de trois cms.; sa couleur principale est le rouge-brun et la caractéristique qui le fait être "LE PLUS" des autres, est sa phosphorescence. Dans la Méditerranée, le ver de Rimini est assez diffus particulièrement en zones vastes de fonds mixtes jusqu'à environ 20 mètres de profondeur où il se nourrit de coquillages, poissons morts et autres organismes déposés sur le fond: sa capture n'est absolument facile et il faut d'expérience et technique.

Cette ici doit être faite organisant un piège: Une fois découverte son terrier, juste devant l'ouverture se met un poisson-appât mort, préférablement une sardine avec la queue lié à un morceau de ligne ou ficelle mince qui la tient "ancrés" à sa place pour ne la faire pas porter dans le terrier; à peine le ver de Rimini "capte" son odeur ou il la voit, même si très attentivement, se ne fait pas prier plus beaucoup de l'aller, à "l'accaparer".

Est vraiment dans cette phase que notre piège doit bondir: Avec un petit bâton à lequel en une des extremitè avions mis en priorité (naturellement), une espèce d'épingle à cheveux avec deux "dents" large aussi d'etre suffit pour ne pas décapiter le malheureux qui utiliserons comme une lance, en nous guettant de la partie que il ne puisse pas nous remarquer, nous attraperons le ver de Rimini du cou.

Réussi avec la pas facile entreprise, le bâton avec tout sa "charge" viendra "attachée" à une petite bouteille de plastic d'eau minérale vide que logiquement tâchera de remonter à la surface avec le ver, de sa part, doucement, pour ne pas rester décapité, il se quittera aller abandonnant pour toujours son terrier pour faire une autre laide fin qu'il naturellement ne peut pas imaginer. Comme vous pouvez bien comprendre, il est pour cette travaille difficulté qu'il se déroule tout au fond de la mer, que le ravitaillement de cet retentissant appât et son coût, ne sont pas au plat de tous; si nous considérons cependant combien des amorces ils peuvent obtenir et le rendement "assuré", restéz certains qui jeu vaut la chandelle, l'épargne de quelque euro est vraiment assurè.

En ce qui concerne son rendement en pêche, je ne pense pas me tromper en dire que n'existe pas espèce marine de poisson quayant une "touche" de Rimini, ne fait pas "en utilise personnel et exclusif!" Quelque chose la savent de sûr (aussi pour citer une paire), les sars, les dorades et les loup "quils comprennent beaucoup de goût exquis de gourmet a 5 étoiles", ça suffit seul le faire voir aussi à distance, pour les voir courir "dans les 100 mètres, et sans obstacles", et fait attention que je n'exagère pas, celui-ci est une manière sympathique seulement pour vous faire comprendre le goût exquis de "Sa Majesté" le Ver de Rimini.

Les bas de lignes comme le Long Arm et le Tandem, avec mer calme ou à peine remué, ils sont entre les meilleures solutions pour obtenir un bon résultat, mais ils sont surtout le courts qu'ils ne laissent pas "peiné" vraiment personne; le Short, Short Renversé, Double Short et, en cime à tout le Pater Noster, avec la mer remuée et lancé dans les places justes, ils font "étincelles" vraiment, spécialement si armés avec des hameçons Aberdeen, Shiner Hooks, O'Shaughnessy et pas pour derniers les Beak avec des numérations qui vont depuis 1/0 au 3/0, spécialement si nous pêchons, comme nous avons déjà dit, dans les places justes; aussi parce qu'il sera propre ici qu'ils se feront voir les "bosses".

Certainement, l'amorçage de l'appât sur l'hameçon, étant donné que cette-ci est très molle, va fait avec soin et, il est suffit le couper un po plus long et en base aux hameçons que nous allons utiliser pour pouvoir arriver un ou deux cms. sur la ligne au-delà l'hameçon et la lier avec du fil élastique pour ne pas faire glisser. Ne oublions pas cependant que cet appât en particulier, pour le faire vivre au moins deux-trois semaines, il est suffit le tenir dans un récipient en plastique avec de l'eau de mer que, si elle reste propre, nous changerons une fois chaques deux jours; au contraire, si l'eau se flétrit, nous la changerons aussi deux fois par jour.

Ne oublions pas encore que pour faire de manière que le ver de Rimini reste vif pendant l'usage, il faut le couper toujours de la partie de la queue, jamais de la partie de la tête, il mourrait dans l'arc de peu de temps. Une autre chose par le glisse de l'appât, dûe à la bave dont tout son corps est recouvert, l'amorçage devient problématique, il suffira d'utiliser la célèbre aiguille que nous portons toujours approche, ou parsemer le bout avec un pò de sable de la plage.